« Situant « sans raison particulière » la plupart de leurs actions dans la nature en admettant simplement « aimer le temps et l’espace infinis du plein air », The Play est un groupe à géométrie variable, composé d’artistes et d’individus aux personnalités et aux compétences diverses, formé en 1967 dans la région du Kansai au Japon et toujours actif aujourd’hui. Au-delà de la critique des institutions sociales et artistiques caractéristique du contexte japonais des années 1960, le groupe n’a cessé d’inventer ses propres modalités d’actions collectives ainsi que leurs transmissions en créant à plusieurs la possibilité qu’un événement advienne sans se soucier de son résultat. Rejetant la notion d’œuvre d’art comme finalité, il a ainsi toujours mis l’accent sur sa propre dynamique, fondée sur l’échange et le « faire ensemble » dans sa dimension physique autant que spirituelle, à travers la construction de situations éphémères. 

Suite à la présentation d’un grand nombre de leurs actions dans l’exposition collective « Le Mont Fuji n’existe pas » au Plateau / Frac Ile de France, Paris en 2012, cette première exposition personnelle du groupe en France à la galerie Salle Principale réunit des actions des années 1969 à 1988, témoignant de préoccupations liées au déplacement et au territoire avec une attention au vivant qui résonnent particulièrement aujourd’hui. Les documents de ces actions réunissant dessins, plans, posters, photographies et vidéos sont présentés dans un environnement poursuivant une installation de 1983 intitulée Kalejdoskop se déployant sur la totalité du sol de la galerie.

Au-delà de sa constance à mener ses actions, la longévité du groupe s’explique par la liberté accordée à chacun de participer ou non à tel ou tel projet et par la volonté de ne pas se réunir autour d’un manifeste, d’une esthétique ou d’un programme. Son organisation, ses raisons, ses idéaux se sont ainsi formés librement et graduellement, au fil de ses différentes activités et des textes qui les accompagnaient.

Comme l’explique le critique d’art Keiji Nakamura en 1985, dans le journal Yomiuri Shimbun, suite à une exposition du groupe intitulée Traces and the Present of N Floating Entities à la Galerie 16 de Kyoto : « Dénuées de toute prétention artistique, les activités de The Play reposent sur un travail physique mené à l’extérieur. Pour autant, leurs activités ne sont pas totalement courantes. C’est-à-dire que leurs actions volontaires, sans finalité, défient le sens commun, ce qui précisément fait de leur travail un art. Pourtant, ils n’aspirent pas à « monter » sur la scène de l’art mais ils se situent à une place qui, en soi, constitue une critique de l’art. Ce n’est ni à l’intérieur ni à l’extérieur de l’art. Leur présence étrange à cet endroit est dangereuse et ennuyeuse pour l’art satisfait de son existence ». Pour ces raisons, longtemps ignoré y compris dans son propre pays, le travail de The Play commence toutefois à recevoir une certaine attention critique au Japon et à l’international, qui s’accompagne par ailleurs d’un intérêt de la part d’une plus jeune génération d’artistes.

Sans faire de distinction entre l’art et la vie, The Play réside dans cet entre-deux soustrait aux systèmes établis de l’art, de sa production à sa consommation. Depuis plus de cinquante ans, il souligne par son engagement une attitude, un esprit dont le jeu, la sincérité et l’humour restent essentiels. » 

Yoann Gourmel & Elodie Royer
(curateurs)

 

Informations pratiques

The Play
Kalejdoskop
Jusqu’au 14 novembre 2020
Salle Principale
www.salleprincipale.com

Pin It on Pinterest

Share This