Dans les salles de l’exposition « Edition limitée. Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres » que le Petit Palais consacre à l’aventure éditoriale de deux grands marchands du XXème siècle, le visionnaire Ambroise Vollard et son successeur spirituel, Henri Marie Petiet, Yvon Lambert présente son propre parcours d’éditeur.

Tout comme Vollard avant lui, Yvon Lambert a continué, après la fermeture de sa galerie, à se consacrer pleinement à sa passion pour l’édition de livres de bibliophilie en tirage limité. Là où son prédécesseur avait choisi Pierre Bonnard, Pablo Picasso ou encore Georges Rouault pour illustrer ses publications, lui travaille avec Anselm Kiefer, Giuseppe Penone, Adel Abdessemed et d’autres encore. Depuis 1992, ses ouvrages ont su s’imposer à leur tour comme autant de références auprès des amateurs et écrire une nouvelle page de l’histoire du livre et des artistes.

FIAC Yvon Lambert

Yvon Lambert

Yvon Lambert est l’un des plus importants galeristes en France. Après avoir commencé dans sa ville natale de Vence, il ouvre à Paris sa deuxième galerie, dans les années 1960. Il y expose dès 1972 les pionniers de l’art américain conceptuel, du minimalisme et du land art, ainsi que des artistes européens. Yvon Lambert poursuit parallèlement une importante activité d’éditeur. Il crée la série « Mot pour mot », puis édite d’autres ouvrages comme « Limites critiques » avec Daniel Buren, « Six geometric figures… » avec Sol LeWitt ou « 10 works » avec Lawrence Weiner. En 1990, il commence sa collection d’ouvrages de bibliophilie, en édition limitée : « Une rêverie émanée de mes loisirs », qui compte aujourd’hui 29 ouvrages. En 2000, il inaugure la Collection Lambert en Avignon, offrant généreusement à l’Etat quelque 650 œuvres majeures, de sa collection personnelle. En 2014, il ferme sa galerie d’art pour se dédier entièrement à ses activités de libraire et d’éditeur, et poursuit ses collaborations avec des artistes renommés ou émergents. En octobre 2017, Yvon Lambert inaugure, avec sa fille Ève, un nouvel espace de 200 m2 dans le quartier du Marais à Paris, ouvert aux rencontres, lectures, signatures et expositions.

Photo: Rebekka Deubner, Courtesy Mutina for Art

FIAC Christophe Leribauld

Christophe Leribault

Christophe Leribault est directeur du Petit Palais – musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris où il a initié une politique d’ouverture à la scène contemporaine en lien avec la FIAC. Citons aussi les grands invités annuels du musée : Kehinde Wiley (2016), Andrès Serrano (2017), Valérie Jouve (2018), Yan-Pei Ming (2019) et Laurence Aëgerter (2020). Diplômé de l’École du Patrimoine, il a publié sa thèse de doctorat à la Sorbonne sur le peintre du XVIIIe siècle Jean-François de Troy. Ancien bousier au J.Paul Getty Museum et pensionnaire à la Villa Médicis – Académie de France à Rome, il a été Focillon Fellow à Yale University. Après avoir été conservateur des peintures et des dessins du musée Carnavalet – histoire de Paris, il a rejoint le Louvre, comme directeur-adjoint du Département des Arts graphiques et parallèlement directeur du musée Delacroix, avant de prendre la tête du Petit Palais en décembre 2012. Il a été commissaire ou co-commissaire de plus de 35 expositions dont, au musée Carnavalet, Au temps de Marcel Proust (2001), au Louvre : Gabriel de Saint-Aubin (2007), L’Antiquité rêvée (2010) et Eugène Isabey (2012), au musée Delacroix : Delacroix et la Photographie (2008-2009), Delacroix/Othoniel/Creten, des fleurs en hiver (2012) ou, au Petit Palais : Paris 1900, la ville spectacle (2014), Carl Larsson (2014), Le Baroque des Lumières (2017), Paris romantique (2019),… Enfin, il a été co-directeur artistique, en 2020, de la dernière Nuit Blanche.

Photo crédit: Pierre Antoine
FIAC Clara Roca

Clara Roca

Clara Roca est archiviste-paléographe, diplômée de l’Ecole nationale des chartes (2016), et conservatrice du patrimoine, diplômée de l’Institut national du patrimoine (2019). Elle est aujourd’hui en charge de la collection d’arts graphiques, de livres et de photographies des XIXe et XXe siècles au Petit Palais. Elle est commissaire de l’exposition Laurence Aëgerter, Ici mieux qu’en face, présentée depuis octobre dernier dans le parcours des collections permanentes du musée ainsi que de « Edition limitée. Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres » qui ouvrira prochainement au public.

PPhoto credit: Petit Palais
Petit Palais

Construit pour l’Exposition universelle de 1900, le Petit Palais, chef-d’œuvre de Charles Girault, est devenu en 1902 le musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Il présente une très belle collection de peintures, sculptures, mobiliers et objets d’art datant de l’Antiquité jusqu’en 1914. Ses expositions temporaires alternent les grands sujets ambitieux comme Paris 1900, Les Hollandais à Paris ou encore Paris romantique, avec des monographies permettant de redécouvrir des peintres, sculpteurs ou dessinateurs tombés dans l’oubli comme Anders Zorn, Jean-Jacques Lequeu ou Vincenzo Gemito. Depuis 2015, des artistes contemporains sont invités à exposer chaque automne dans les collections permanentes du Petit Palais. Les œuvres de Kehinde Wiley, Andres Serrano, Yan Pei-Ming ou encore Laurence Aëgerter entre autres instaurent ainsi des dialogues avec les œuvres plus anciennes du musée et renouvellent l’expérience de visite.

Pin It on Pinterest

Share This